Le travail de mémoire

le travail de mémoireLa mémoire est un enjeu à partir d’un certain âge. Vous l’aurez sans doute noté, les méthodes et les techniques se développent pour l’entretenir et la maintenir alerte le plus longtemps possible.

Parmi ces techniques, il en est une dont l’usage est ancestral et sans danger. Sans médication non plus.

Faire appel à sa mémoire est en effet un moyen d’exercer cette dernière. Un peu comme le sportif exerce son corps lors de ses entraînements. Le but n’est pas de la rendre plus performante. Il s’agit juste de la solliciter pour éviter qu’elle ne s’endorme trop profondément.

Concrètement, les exercices sont nombreux. On peut se mettre à fredonner les chansons qu’on aime. Ou à réciter des poèmes, ou d’autres textes appris auparavant. Ou encore des listes de numéros de téléphone, pourquoi pas. Les jeux de société sont particulièrement préconisés.

On peut aussi raconter des histoires. La sienne par exemple.

Ce dernier exercice a pour autre vertu de constituer un témoignage fabuleux qu’on destine aux personnes auxquelles on se confie. Les enfants, et plus encore les petits-enfants, sont friands de ces anecdotes. Sorties tout droit d’une époque révolue, elles ont un goût d’extraordinaire ! D’abord parce qu’elles racontent ce narrateur qu’on aime. Ensuite parce qu’elles font surgir du passé tant d’éléments qui n’existent plus aujourd’hui !

Raconter sa vie et en faire un livre. L’idée de vouloir laisser son propre témoignage, avec ses propres mots rencontre un vif succès. Auprès des narrateurs d’abord. C’est le gage de permettre à son histoire de survivre après soi. De demeurer une présence auprès de ceux qu’on laisse et qu’on aime.
Auprès de ces personnes aussi. C’est un beau geste d’amour, après tout.
Cependant, l’exercice de la rédaction ne va pas de soi.
C’est pourquoi faire appel à un biographe est une bonne idée.

Plus d’informations en cliquant ici.

Et vous, quand commencez-vous la rédaction de votre autobiographie ?

Jacques Faucher découvre son autobiographieJacques Faucher, 95 ans, s’y est attelé. Trois mois plus tard, je lui remettais le livre que nous avons réalisé ensemble.
« Mon rêve américain » en est le titre.
« Paris-Belgrade-Caracas-Flayosc » le sous-titre.
Une vie faite de rencontres, dont certaines particulièrement étonnantes. Nous n’en dirons pas plus, ce livre n’est pas destiné à la vente en librairie !

Dorénavant, Jacques Faucher a l’assurance de pouvoir transmettre son témoignage à sa famille et à ses amis. Le récit de sa vie est captivant, il est surtout unique !

Une douzaine d’heures d’entretien et une centaine d’autres de travail, essentiellement de transcription et de recherches documentaires, auront été nécessaires pour ce résultat.

Et ce fut pour moi une immense satisfaction que de constater combien l’émotion faisait briller le regard de mon narrateur lorsqu’il a découvert la couverture de son livre, et plus encore, quand il a lu ces lignes qui sont les siennes !

les livres de Jacques Faucher

Livraison assurée !

Récit d’une autobiographie.

La page de couverture

Voici des années que Rémy Jehl, 87 ans, voulait rédiger son autobiographie. C’est aujourd’hui chose faite ! Et ce fut pour moi un réel plaisir d’écouter ce narrateur-né ! De son propre aveu, ce plaisir fut partagé et nous nous sommes promis de rester en contact.

Quatorze heures d’entretien, à domicile et par téléphone, suivies de cent trente heures de transcriptions, recherches documentaires, numérisations et insertions de document, surtout des photos, auront été nécessaires pour ce résultat.

Au final, 170 pages, format 148×210, de nombreuses illustrations, et des exemplaires en quantité suffisante pour en offrir à ses trois enfants, huit petits-enfants et vingt arrière-petits-enfants, ainsi qu’à ses amis les plus proches.

Présentation :
« De son Alsace natale au climat méditerranéen de Toulon, l’itinéraire de Rémy Jehl se révèle riche d’une vie familiale dense et chaleureuse.

Tout d’abord médecin de la Coloniale, ce qui l’amènera à servir en Afrique, en famille bien sûr, il optera ensuite pour une carrière civile, essentiellement pour permettre à ses enfants de bénéficier de la stabilité nécessaire aux études.

Très tôt frappé par une sclérose en plaque, il apprendra à en surmonter les conséquences en développant sa propre forme de résilience. De son plus jeune âge à la découverte de la philosophie bouddhiste, il forgera son esprit pour aborder les vicissitudes d’une vie marquée par de nombreuses épreuves.

Depuis la fin de ses études, Rémy Jehl a noté dans de nombreux carnets les faits et les pensées qui ont jalonné sa vie. Quelque chose lui disait alors que ces notes lui serviraient un jour à laisser à sa descendance ce qu’il aurait aimé trouver de récits et de témoignages de ses propres grands-parents.

C’est donc bien à l’intention de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants qu’il s’est lancé dans la rédaction de cet ouvrage. »

Bientôt Noël !

Offrir un livre pour Noël

Les vacances d’été se terminent, il est temps de penser à un autre grand rendez-vous familial : Noël.
Et l’une des difficultés pour cette période est de dresser la liste des cadeaux à faire. Chaque année, trouver des idées s’avère de plus en plus difficile.
En voici une : offrir un livre, le récit de sa vie, à ceux qu’on aime, ou offrir à une personne qu’on aime la possibilité de le faire.

Pas besoin d’avoir été l’aventurier dont on fera un film de l’histoire, ou la pionnière de la recherche médicale qui pourrait postuler pour un prix récompensant ses travaux.

Chaque vie recelle quantité de ces histoires simples et pourtant chargées d’émotion lorsqu’elles s’adressent à ses enfants, petits-enfants ou arrière-petits-enfants, ou aux amis les plus proches.
Leur offrir un livre où l’on se raconte, en quelques pages ou plus, accompagnées de photos parmi les plus marquantes, celles qui feront surgir du fond de leur mémoire tant de souvenirs.
Laisser à ceux qu’on aime, à ceux qui viendront plus tard, le récit de ce qu’aura été sa vie, est assurément un acte d’amour. Et pour sûr, une sacrée bonne idée de cadeau !

Comment s’y prend-on ? Combien ça coûte ? Appelez-moi, et ensemble nous étudierons votre projet, pour répondre ensuite à ces questions. En attendant, vous trouverez plus d’informations en cliquant ici.
À bientôt !

Raconter la vie d’autrui – troisième partie

« Mon enfant, écoute le message de ma vie. »

La vie a ses limites. Le temps en est une. Lorsqu’arrive ce qu’on nomme poétiquement le crépuscule de celle-ci, il est légitime de se demander ce qu’il subsistera de soi après.
Cette question trouve parfois une réponse dans l’idée qu’on se fait de cet « après ».

Cependant, il demeure tout aussi légitime de se demander comment laisser une trace de soi. Comment laisser un souvenir à ceux qui resteront. Pour s’assurer de la transmission de conseils fondés sur une longue expérience. Pour s’assurer de continuer à exister auprès de ceux qu’on aime. Pour s’assurer de leur laisser quelques repères auxquels ancrer leur propre parcours. Et pour bien d’autres raisons encore…

Lors d’entretiens, le narrateur livre ses souvenirs comme ils lui viennent. L’écrivain public enregistre ses propos, prend éventuellement quelques notes.
Ensuite, il transcrit ce témoignage, met en page le récit et le propose au commanditaire. Ce dernier en prend connaissance et l’amende si nécessaire.

Le travail fini est livré sous forme d’un fichier numérique prêt à être remis à un imprimeur. L’écrivain public peut proposer de jouer l’intermédiaire avec l’éditeur.

Le résultat est un livre comme ceux qu’on trouve sur les rayons d’une librairie, même format, même qualité de papier, même aspect de livre à ranger dans sa bibliothèque, après l’avoir lu bien sûr !

Transmettre son témoignage à ceux qu’on aime.

Raconter la vie d’autrui – deuxième partie

« Pour savoir où tu dois aller, regarde d’où tu viens. »

Il est toujours temps de dire à ses enfants, petits-enfants ou même arrière-petits-enfants d’où ils viennent. Ils l’ont sans doute entendu raconter au cours d’une réunion de famille. Ou pas, s’ils n’ont pas connu ce bonheur d’écouter Papy ou Mamy évoquer telle anecdote qui fait rire ou sourire, ou qui fait verser une larme de nostalgie mêlée de tendresse.

Il s’agit de laisser une trace écrite d’un passé qui déjà s’estompe dans les mémoires, voire qui n’y a jamais trouvé de place, faute de transmission orale. Il faut donc s’y atteler sans plus tarder !

Lors d’entretiens, le narrateur livre ses souvenirs comme ils lui viennent. L’écrivain public enregistre ses propos, prend éventuellement quelques notes. Ensuite, il transcrit ce témoignage, met en page le récit et le propose au commanditaire. Ce dernier en prend connaissance et l’amende si nécessaire.

Le travail fini est livré sous forme d’un fichier numérique prêt à être remis à un imprimeur. L’écrivain public peut proposer de jouer l’intermédiaire avec l’éditeur.

Le résultat est un livre comme ceux qu’on trouve sur les rayons d’une librairie,  même format, même qualité de papier, même aspect de livre à ranger dans sa bibliothèque, après l’avoir lu bien sûr !

Avec le temps passe la mémoire. Prenez celui de la graver pour votre postérité.

Raconter la vie d’autrui – première partie

Toutes les raisons sont bonnes pour demander à un écrivain public une prestation. Celle de vouloir raconter sa vie, en tout ou partie, en est une excellente ! Les motivations sont diverses. Celle qui revient le plus souvent est le désir de vouloir témoigner à sa descendance de ce qu’a pu être sa propre existence.

Il s’agit de laisser une trace écrite d’un passé qui déjà s’estompe dans les mémoires, voire qui n’y a jamais trouvé de place, faute de transmission orale. Il faut donc s’y atteler sans plus tarder !

Lors d’entretiens, le narrateur livre ses souvenirs comme ils lui viennent. L’écrivain public enregistre ses propos, prend éventuellement quelques notes.
Ensuite, il transcrit ce témoignage, met en page le récit et le propose au commanditaire. Ce dernier en prend connaissance et l’amende si nécessaire.

Le travail fini est livré sous forme d’un fichier numérique prêt à être remis à un imprimeur. L’écrivain public peut proposer de jouer l’intermédiaire avec l’éditeur.

raconter sa vie
Se confier à un biographe, c’est parfois lever le masque.

Le résultat est un livre comme ceux qu’on trouve sur les rayons d’une librairie, même format, même qualité de papier, même aspect de livre à ranger dans sa bibliothèque, après l’avoir lu bien sûr !

 

CV correct : une des garanties du succès

Lorsque l’on sait l’importance d’un CV dans une recherche d’emploi, il n’y a plus à hésiter : tout est bon pour s’assurer de la propreté de ce document avant de le transmettre au recruteur.
Pourquoi ne pas faire appel à un professionnel de l’écrit ? L’écrivain public relit, corrige, réécrit ou rédige votre CV, et la lettre de motivation qu’il accompagne.
Ses tarifs ne sont pas prohibitifs, demandez-lui un devis, gratuit, et questionnez-le sur sa façon de travailler : il saura s’adapter à votre situation.
Ici, un article des plus intéressants sur le sujet.

Apprendre ou réapprendre les règles de la langue française


Les règles de la langue française compteraient parmi les plus difficiles ? Et pourtant, nous en avons besoin au quotidien !

Occasionnellement, vous pouvez faire appel à un écrivain public pour vous aider. Il relira et corrigera vos documents les plus importants, voire les rédigera ou les réécrira, selon ce que vous lui demanderez.

Vous pouvez aussi opter pour une mise ou remise à niveau. Voici ce que propose par exemple le Projet Voltaire aux particuliers.
https://www.projet-voltaire.fr/offres/particuliers/

Écrire les nombres : petit rappel des règles

C’est un vrai casse-tête : faut-il écrire « vingt » avec un « s » ou pas  ?
Les souvenirs engrangés sur les bancs de l’école sont loin ?

Sans pour autant lui confier la rédaction de vos chèques, l’écrivain public est là pour vous aider quand il s’agit de documents importants. C’est le cas par exemple des comptes rendus de stages. Ou encore des mémoires d’études. Et pourquoi pas de lettres administratives où les nombres sont utilisés… en nombre !

Vous trouverez ici un court article rédigé pour se remémorer quelques détails sans doute oubliés. Bonne lecture !