Capter la mémoire d’un territoire

De quoi s’agit-il ?

Capter la mémoire d’un territoire, c’est aller à  la rencontre de plusieurs sources. Les anciens du village, d’hier et d’aujourd’hui, les archives municipales, départementales et aussi familiales, sont les dépositaires de cette mémoire. On en trouve également une expression dans l’agencement du réseau des routes et des chemins. Dans celui des quartiers, chacun d’entre eux portant sa propre histoire. Les parcelles agricoles racontent à qui sait les écouter les négociations d’antan qui façonnèrent le patrimoine des uns et défirent celui des autres.

Capter cette mémoire, c’est écouter nos aînés raconter ce que fut leur enfance, les souvenirs qu’ils ont de leurs parents et des histoires de ceux-ci. C’est aussi éplucher ces fameuses archives qui recèlent bien souvent des anecdotes croustillantes. C’est enfin se promener dans les rues et par les chemins, découvrir une niche dans un mur, les vestiges d’un pont ou d’une campagne.

capter la mémoire d'un territoire
La Motte, charmant village provençal, soucieux de capter et de partager sa mémoire pour valoriser son futur.

Pourquoi est-ce si important de capter la mémoire d’un territoire ?

Depuis plus d’un siècle, le tempo de l’évolution de notre cadre de vie connaît une accélération sans précédent. Notre quotidien n’a plus rien à voir avec celui d’il y a à peine cinquante ans. Et pourtant, les problèmes fondamentaux demeurent les mêmes. L’accès à l’eau, par exemple. C’est tellement naturel d’ouvrir le robinet de la cuisine qu’on peine à imaginer nos aïeux contraints d’aller puiser cette eau en-dehors de la maison.

À ce phénomène s’ajoute celui de l’éloignement physique entre les générations. Les réunions de famille où l’on écoutait se raconter les grands-parents sont devenues rares. Les modes de communication ont aussi radicalement changé. Les plus anciens ont du mal à s’approprier les nouvelles technologies.

Capter la mémoire, celle d’un territoire en particulier, c’est s’assurer de conserver des informations essentielles. Essentielles à l’évolution même de ce territoire. Pour tirer profit des expériences passées. Telle terre a été inondée, il y a certes longtemps, mais rien ne garantit de la survenue d’un nouvel épisode.

Se souvenir, prendre conscience que la vie se satisfait d’abord de simplicité : boire, manger, être abrité, en sécurité, en bonne santé. Le reste ne venant qu’après…

La mémoire, c’est aussi celle des particuliers, car chaque histoire est unique. Pour savoir comment lui donner la place qu’elle mérite, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.