Passer la mémoire

Passer la mémoire d’autrui, voici une belle idée. Comme celle de rassembler les biographes francophones sur une même plateforme en ligne. Chacun rédige sa fiche de présentation et choisit comment se peindre au mieux. Il met en avant ce qui le caractérise et donne quelques précisions sur son mode de fonctionnement. À l’écran, un cartouche récapitule les éléments essentiels tels que le nom du cabinet, le tarif, les coordonnées et le lien éventuel vers le site internet du professionnel. Ainsi, le visiteur peut aisément comparer ces critères communs d’un biographe à l’autre. Tout comme il découvre la sensibilité de chacun au travers de la prose utilisée pour brosser son portrait. Le mien se trouve ici.

Passer la mémoire

Se raconter : faire passer la mémoire

Faire connaître cette prestation est essentiel à notre métier. Trop peu connue encore aujourd’hui, la biographie mérite quelque publicité. D’abord autour de son nom. Il s’agit de montrer que cet exercice du récit de vie n’est pas une exclusivité réservée aux personnalités à la renommée établie. Pour une simple raison : tout dépend du champ de cette renommée. En effet, chacun s’accordera à dire que la vie d’Albert Einstein intéresse l’humanité entière. Et que la vie d’une maman est une mine de souvenirs pour ses enfants et ses petits-enfants, voire plus loin encore dans la descendance.

Passer la mémoire à sa postérité

Passer la mémoire de la famille était l’apanage des soirées d’antan. Tous ses membres se retrouvaient à la veillée ou à l’occasion d’un repas. Les anciens racontaient ce qu’avait été leur vie, les expériences qui les avaient façonnés. Ils ne se défaussaient pas pour exprimer leurs désaccords et sermonner les plus jeunes lorsqu’ils l’estimaient nécessaire.

Aujourd’hui, l’éclatement géographique des familles, le temps qui fait défaut, sont autant d’obstacles à ces échanges. L’écriture se révèle être un outil de transmission efficace de ce que la parole ne porte plus. Raconter sa vie, recueillir celle de ses anciens, en faire des livres pour préserver ces récits, voici une ambition louable et salutaire.

Pour en savoir plus, cliquez ici.
Pour commencer, contactez-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.