Une saga familiale

L'heure de la dédicaceComment en arriver à écrire une saga familiale quand le projet de départ est bien plus modeste ? Pour finir, voici 392 pages au format A4 et 1kg830 pour ce beau bébé, plus une carte micro SD insérée avec des giga-octets d’images haute définition.

Tant que c’est encore possible

une saga familialeIl est un instant dans la vie où la conscience de la finitude s’impose. Le temps du léger déséquilibre vers l’avant, celui qui propulsait vers le lendemain, s’est éteint. Quelques douleurs se sont installées, insidieuses et familières. La mémoire est devenue un vaste champ de souvenirs, où l’on s’étonne de ce chemin parcouru, des personnes croisées et des actions menées. Ou pas. Le moment semble venu de laisser une trace écrite de tout ça.

Un souvenir obsédant

une saga familialeÉmergent alors de cette immensité mémorielle des personnages majeurs. Ceux grâce auxquels on est là, à penser à eux. Au crépuscule d’une vie dense et intense. Yves avait choisi de brosser la vie de ses grands-parents paternels. Pour l’y aider, il a fait appel à sa sœur, à quelques cousins. D’un entretien à l’autre, le champ de la narration s’est étendu. Pour finir par englober presque toute la famille. Et plus encore !

Le royaume de notre enfance : une saga familiale picarde

Yves Bacquet - Le royaume de notre enfanceAuxi-le-Château est le berceau de cette saga familiale. La Picardie y tient un rôle majeur. Et bien d’autres contrées, de la Bretagne à la Côte d’Azur, jusqu’en Pologne actuelle. Des aventures extraordinaires, comme on en raconte au cinéma ou dans les romans. Les guerres et leurs vicissitudes ont leur place. Et aussi la vie de tous les jours, grave et splendide comme un jardin potager au bord d’une rivière, l’Authie. Ce n’est que l’histoire de la famille, livrée aux générations à venir. Un magnifique cadeau à sa postérité.

Des archives à partager

Yves Bacquet - choix des illustrationsD’un entretien à l’autre, Yves ressort des archives fabuleuses. Jusqu’à quelques films, tournés par son père, en seize millimètres. Et quantité d’agendas et de carnets manuscrits, où les générations ont consigné les faits marquants de leur vie. Mais comment partager ces pépites ? Tout simplement en les numérisant et en les proposant sur une carte micro SD, insérée en dernière page, dans une pochette pour ne pas la perdre.

L’aventure vous tente ? cliquez ici  ou encore ici pour en savoir plus. Et pour prendre contact.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.